A l’instar du match face à Fos une semaine plus tôt, les Palois ont fait vibrer leurs supporters, un peu trop même, diront certains. Il est vrai qu’en alternant le bon et le franchement moins bon, ils ne se seront pas autorisés une soirée tranquille dans un Chaudron, où quoiqu’il arrive, il n’est jamais simple de s’imposer. L’essentiel est assuré, à savoir la victoire, mais le contenu atteste du travail qu’il reste au groupe pour trouver un meilleur équilibre et ainsi progresser.

  

10-0 puis....pas grand chose à se mettre sous la dent. Voilà comment on pourrait résumer le premier acte des Palois, encore une fois branchés sur courant alternatif. Comme face à Fos, les coéquipiers de Jérémy Leloup n’avaient su se montrer constants. Après une entame parfaite, marquée par une belle circulation de balle ponctuée par deux missiles à longue distance de Giovan Oniangue, les hommes d’Eric Bartecheky baissaient progressivement de rythme, subissant clairement l’impact des Portelois. Un Elan brouillon (9 balles perdues), écrabouillé au rebond (25 à 11) qui s’en remettait simplement à l’adresse de ses artilleurs. De ce côté-là, la copie était très propre avec un beau 7/13 derrière l’arc alimenté par le trident Oniangue (3/3), Bibbins (2/3) et Leloup (2/3). De quoi au moins rester dans le coup à l’heure de rejoindre les vestiaires (33-33).

djresum 
Très utilisé pour son retour sous le maillot palois (26 minutes), D.J. Strawberry s'est montré polyvalent avec 6 pts, 11 rbds et 4 pds©ESSM Le Portel

Les égalités se succédaient au cours d’un troisième quart-temps équilibré : 38-38 (22e) puis 48-48 (26e) avant que l’Elan Béarnais n’attaque la dernière ligne droite du match avec un léger avantage (50-54, 30e). Les Palois prenaient clairement l’ascendant, toujours à l’aide de leur adresse extérieure. Justin Bibbins claquait 8 points en 4 minutes et ses deux tirs primés permettaient de créer un écart conséquent (53-70, 34e). Tout semblait facile d’un coup pour une équipe paloise pourtant bien gênée jusque-là par les Portelois. L'illusion s'évanouissait au milieu des clameurs d'un Chaudron redevenu bouillant. La raison ? le 12-2 passé par les locaux en 2 minutes qui obligeait Eric Bartecheky à stopper le jeu (65-72, 36e). Devin Davis, en route pour un énorme double-double (25 pts, 18 rbds, 30 d'éval.) dégainait à 3 points pour un regain de pression (69-74, 38e). Le match était totalement relancé et c'est ce même Davis qui, deux minutes plus tard, allait chercher la prolongation, suite à une action rocambolesque. Sur la dernière possession des Portelois, l'Elan défendait le fer. Le capitaine Jérémy Leloup était même tout proche de l'interception mais celui-ci, voulant éviter la touche, envoyait involontairement le ballon à Davis qui scorait avec la planche. Cruel mais pas illogique à la vue des 6 dernières minutes du temps règlementaire (76-76). 

Dominés dans les airs (57 prises à 34 au final !) les Béarnais affichaient néanmoins un caractère bien trempé pour résister à la furia locale pendant les 5 minutes additionnelles. Giovan Oniangue, froid comme une lame sur la ligne de réparation, permettait à l'Elan de reprendre les commandes à l'issue d'une série de 3 lancers francs réussis (81-82, 43e). Les joueurs clés de ce match étaient au rendez-vous de la prolongation : Justin Bibbin, qui avec son 2+1 plaçait les siens sur orbite à la 44e minute de jeu (83-85) puis à nouveau Giovan Oniangue qui scellait le sort du match à l'aide d'un nouveau tir primé à 34 secondes du terme de la rencontre (83-88). 

Bousculés, jamais à l'abri malgré une confortable avance en fin de rencontre, les Palois sont restés unis pour aller chercher l'essentiel, la victoire.