Pas de succès bonus dans la course au maintien pour Justin Bibbins et les Palois ©Dominique Breugnot

 

Les Palois ont clairement affiché deux visages samedi soir à Antarès. Le premier, jusqu'à la 25ème minute de jeu, n'était pas celui qu'on aime voir avec une défense bien trop "soft" (52 points déjà encaissés à la pause) et une maîtrise de la balle trop approximative (8 balles perdues lors du 1er quart-temps, 12 à la pause). Les Manceaux, bien que privés de leur atout numéro 1 Ovie Soko avaient mené sereinement le 1er acte à l'aide d'une impressionnante réussite extérieure (7/10 à 3 points). Vee Sanford (14 pts) et Jérémy Leloup (8) apparaissaient jusque là bien seuls pour permettre à l'Elan de rivaliser, d'autant que le retour à Antarès semblait avoir rendu Petr Cornelie un peu nerveux (6 pts mais 5 balles perdues). Cette copie assez pâle se prolongeait 5 minutes après la pause jusqu'à un 64-45 qui semblait rédhibitoire. 

Cette équipe avait pourtant montré depuis plusieurs journées qu'elle avait du coeur et cela se concrétisait enfin après le temps-mort pris par Eric Bartecheky. Alors que les Manceaux venaient d'enregistrer la perte d'un nouveau joueur avec la sortie sur blessure de l'international canadien Kajami-Keane, les Béarnais se mettaient en ordre de marche. CJ Williams, muet jusque là, ajustait la mire de loin puis Vee Sanford prenait le relais. Les Palois passaient un 8-0 pour se remettre en selle et remportaient finalement ce 3ème quart-temps (24-20) pour repasser sous la barre des 10 points. Le début du dernier quart-temps confirmait la tendance et il ne fallait que 3 minutes aux Palois pour revenir totalement dans le match suite aux flèches décochées par Jay Threatt. Revenus efficaces en défense, les Palois fondaient sur un MSB moins fringant et Petr Cornelie, à 3 points, faisait passer les siens devant (74-75, 33e). Ce changement de leader n'effrayait pas pour autant les Manceaux qui se réveillaient en sortie de temps mort. La réplique était cinglante : Bamforth, Eito puis Poirier scoraient à 3 points et les Palois perdaient à nouveau les pédales et des ballons précieux. Un and one de Narace enfonçait le clou et c'est même un 14-0 qu'infligeait la formation d'Elric Delord à un Elan en panne sèche (89-75, 39e). Inefficaces durant 6 minutes, les Béarnais venaient de laisser filer l'exploit. 

Chiffre
clé

19

l'écart maximal entre les deux équipes (64-45, 25e) qui a été comblé par les Béarnais avant l'ultime coup de rein des Manceaux ©Dominique Breugnot

Jeep® ÉLITE - 33ème journée

Vendredi 30 avril 
Boulogne-Levallois - Châlons-Reims 77-71
Boulazac - Strasbourg 79-86
Dijon - Cholet 89-81
Lyon-Villeurbanne - Chalon/Saône 102-75

Samedi 1er Mai
Bourg-en-Bresse - Le Portel 101-72
Gravelines-Dunkerque - Nanterre  81-102
Roanne - Orléans 91-95

Le match en détails

J33 - LE MANS / EBPLO