Jérémy Leloup (1.97m, 33 ans), qui vient tout juste de rejoindre les rangs de l'ELANation pour les deux  prochaines saisons nous explique les raisons de son choix et les motivations qui l'ont poussé à relever ce nouveau défi au cours d'une carrière déjà très riche.

 

Jérémy, la décision de s'engager en faveur de l'Elan Béarnais s'est-elle faite rapidement ?

"En une quinzaine de jours à peine et les choses se sont déroulées très naturellement. J'ai échangé avec Laurent Vila, coach avec lequel j'ai toujours eu un très bon contact depuis mes débuts au Mans où à l'époque, il me faisait travailler en individuel. Je n'étais arrêté sur rien, ouvert à toute proposition car un contrat n'est jamais garanti. J'étais prêt à découvrir une nouvelle destination et le projet qui m'a été présenté m'a séduit."

leloup2Jérémy Leloup : " le Palais des Sports est une salle au sein de laquelle j'ai pris plaisir à jouer à chaque match disputé" ©Eric Traversié

Peut-on savoir ce qui t'a plu en particulier ?

"Le fait de pouvoir prendre part à une nouvelle dynamique pour ce club. L'équipe doit clairement se relancer après une saison en demi-teinte. Loin de moi l'idée de juger ce qui s'est passé la saison dernière mais l'idée est de renouer avec certaines valeurs afin de jouer ensemble et de se battre pour des couleurs, un maillot. Ce club m'a toujours attiré. De par son histoire déjà, puisqu'il s'agit d'un des plus beaux palmarès de l'hexagone, j'ai aussi toujours aimé l'image renvoyée par l'Elan Béarnais et le Palais des Sports est une salle au sein de laquelle j'ai pris plaisir à jouer à chaque match disputé. Permettre à ce club de rebondir est un challenge motivant."

Depuis ton retour à la JDA en 2018 tu as vécu une épopée fantastique. La suspension du championnat a du générer beaucoup de frustration..

"C'est sûr mais le pire aurait été de ne rien gagner. Au moins, notre victoire lors de la Leaders Cup un mois avant l'arrêt de toutes les compétitions aura permis de valider un parcours jusque là exceptionnel. Cela nous avait aussi enlevé un peu de pression et on abordait la suite de la saison avec beaucoup de confiance. On aurait eu tout à gagner, en BCL comme en JeepELITE."

leloup3Jérémy Leloup ici en défense face à Justin Dentmon ©Eric Traversié

De façon plus globale, quel regard portes-tu sur tes 13 saisons en pro ?

"Elles ont été super à vivre. Sur les 13, 9 ont été européennes alors j'ai pu me frotter au très haut niveau en allant même jusqu'en finale d'Eurocup avec la SIG. On découvre d'autres cultures, c'est très enrichissant mais ce sont aussi des saisons à chaque fois très intenses. C'est pour cela qu'aujourd'hui, à 33 ans et avec trois enfants (Léo 6 ans, Lola 3 ans et Louis 8 mois, Ndlr) le côté familial est primordial à l'heure des choix professionnels."

Et du coup, après l'Alsace et la Bourgogne, l'heure est venue pour la famille Leloup de s'installer dans le Sud-Ouest...

"Cela va être une découverte pour nous même si je me souviens avoir participé à une feria à Bayonne, ayant de la famille sur la côte basque ! je ne suis pas inquiet. Tous les échos que nous avons eus à propos de la région paloise ont été largement positifs. On a justement très envie de découvrir notre nouvel environnement."

Un mot tout de même à propos de cette situation si particulière que nous avons vécu lors du confinement. Comment as-tu géré tout cela  ?

"Je ne vais pas dire que cela fut simple mais en disposant d'une maison avec un jardin, nous n'avions pas à nous plaindre. Il a fallu s'adapter comme tout le monde, avec l'école à la maison par exemple mais cette situation aura justement permis de nous retrouver en famille et de profiter des enfants."