Dès la conférence de presse d'après match, au soir de la nette défaite des Palois concédée face à Dijon (64-81) le coach Laurent Vila avait lâché : "certes les résultats ne sont pas ceux qu'on attendait, mais les joueurs ont besoin de souffler". Il faut dire qu'entre la reprise début janvier et le 11 février dernier, les Palois ont eu à enchaîner 11 matches dont deux déplacements très fatigants à Jérusalem et Bandirma. 11, c'est également le nombre de matches qu'il reste à disputer mais cette fois, d'ici le 06 mai prochain. Un rythme beaucoup moins soutenu mais qui permettra aux Béarnais de mieux préparer ces rendez-vous tous plus importants les uns que les autres, à l'heure où la pression va aller crescendo. En ce jour de match amical face à Boulazac à Pamiers* le technicien palois nous livre ses impressions..

 

"Laurent, dans quel état d'esprit as-tu retrouvé tes joueurs ? "

"Tout le monde a pu profiter de ce break d'une semaine pour se reposer, que ce soit physiquement ou mentalement. On avait tous besoin de se ressourcer, que ce soit les joueurs ou le staff. Nous sommes mécontents des résultats, on a forcément envie de faire beaucoup mieux mais cette période de récupération était importante. On venait d'effectuer un vrai marathon et il fallait retrouver de la fraîcheur."

"Quel a été ton message adressé au groupe à l'heure de la reprise ?"

"Nous nous sommes retrouvés mercredi à Lons. On bénéficie d'ailleurs de très bonnes installations grâce au soutien de la ville lonsoise et du club local. Cette salle respire le basket. Avec l'équipe, nous avons pu parler de tout ce qu'on s'était dit déjà au soir de la défaite face à Dijon. Il faut qu'on soit plus dans l'engagement, plus dans la cohésion pour jouer de manière collective aussi bien notre attaque que notre défense. C'est clairement partagé par l'ensemble du groupe. On a 11 matches à jouer, tous vont compter que ce soit en vue du maintien ou d'une accession en playoffs. La priorité est de gagner rapidement des matches pour nous permettre de nous mettre vite à l'abri, car on sait que cette année est très spéciale. Tout le monde en a pris conscience. Il faut déjà bien se préparer vis à vis des deux prochaines échéances à l'extérieur avec les matches à Gravelines et au Portel, deux équipes du bas de tableau. On recevra ensuite l'ASVEL pour un autre challenge mais cela dépendra aussi de la qualité du basket qu'on sera capable de mettre en place d'ici là."

 perdu1Depuis mercredi, les Palois ont pris leurs quartiers au sein du complexe sportif de Lons et ce pour toute la durée du Terega Open Pau-Pyrénées disputé au Palais des Sports

"Peut-on parler d'une deuxième préparation à l'heure où tu disposes de la quasi totalité de l'effectif et de temps pour travailler ?"

"On a récupéré l'ensemble de nos joueurs, hormis Justin Dentmon, retenu avec la sélection de Jordanie jusqu'au 25 février. Tout le monde est apte à s'entraîner et à jouer à 100%. On met l'accent sur la cohésion : nous nous sommes retrouvés cette semaine en dehors du basket pour une activité et un dîner au restaurant. On essaye de tirer profit de ces moments que nous allons renouveler régulièrement puisqu'on a plus de temps et la nécessité de le faire. Sur le jeu, on insiste sur les collaborations collectives qu'il y a à faire, tant sur l'aspect offensif et défensif avec bien entendu beaucoup d'engagement et du partage. Il faut se servir de ce temps comme une deuxième préparation c'est exact, surtout avec tout ce qu'on a connu jusqu'ici. On peut s'entraîner plus longtemps et prendre le temps de refaire les phases de jeu sur lesquelles on doit progresser. Avec un effectif régulier, même si Justin va revenir un peu plus tard, on a un gros socle de l'équipe apte à travailler. On sait qu'il faut jouer avec intensité pendant 40 minutes et hormis deux, trois matches en BCL et deux, trois en championnat, on n'a pas été en mesure de le faire. Cela doit rester l'objectif principal d'ici la fin de saison. Les trois prochains matches vont déjà nous montrer si on a progressé en ce sens. On a fait le point sur le classement en regardant ce qui nous sépare du haut comme du bas. Nous sommes à la croisée des chemins. On connait aussi le programme à venir. On a deux matches à notre portée qui arrivent de suite et il faudra revenir avec des victoires. C'est notre engagement. Puis un match challenge face à l'ASVEL à domicile. A chaque journée il y aura son lot de surprises, de rebondissements et on devra aborder chaque match avec l'ambition de le gagner. J'ai lu récemment que Gravelines s'apprêtait à disputer 11 finales avec son nouveau coach, Serge Crevecoeur. C'est bien l'idée, à mon avis, que chaque équipe du championnat a en tête."

"L'équipe s'en sortira grâce à un basket de meilleure facture ou un état d'esprit plus guerrier des joueurs ?"

"Sur l'aspect défensif, il faut obligatoirement un gros engagement. Cela se traduit par de l'intensité, de la dureté, cette activité qui fait qu'on voit l'équipe bouger autour du ballon pour empêcher le jeu adversaire de se dérouler, pour stopper la balle, faire les efforts sur les rotations pour contester les tirs à 3 points et faire le travail collectif aussi pour maîtriser le rebond. C'est là où je parle d'engagement. En matière de cohésion, c'est obtenir plus de fluidité dans le jeu, dans les déplacements des joueurs mais aussi dans la circulation de la balle pour que globalement on joue plus en équipe pour avoir des solutions plus faciles. le talent on l'a mais jusqu'à présent on a des décisions difficiles alors que souvent il suffit de faire vivre le ballon sur une ou deux passes de plus, accélerer le jeu et changer de côté pour obtenir des solutions plus faciles. Cette saison, c'est compliqué à l'obtenir et ce n'est pas régulier sur 40 minutes. Il faut trouver ces deux aspects du jeu car l'un ne va pas sans l'autre. Les joueurs sont prêts à s'engager mais à condition aussi d'avoir des satisfactions, c'est à dire que le ballon bouge bien et qu'il arrive dans toutes les mains. C'est un équilibre à trouver."

perdu2

Petr Cornelie : "A Gravelines, ça va être chaud"

"Cela fait du bien de se reposer après l'enchaînement des matches. Il faut maintenant se remettre dedans. La reprise s'est bien passée et le match amical va nous permettre de retrouver du rythme. Le temps dont on dispose devrait nous permettre de bien travailler. C'est vraiment la première fois qu'on va pouvoir bosser avec l'équipe dans sa configuration actuelle. Il faut qu'on soit prêt dès vendredi prochain car on sait tous que là-haut, à Gravelines, ça s'annonce chaud. Il faut qu'on aborde ce rendez-vous le couteau entre les dents,  faire abstraction du contexte et faire ce qu'on sait faire. La victoire, il n'y a que ça qui compte."

* : l'Elan s'est imposé samedi après prolongation à Pamiers face à Boulazac (87-85). Bousculés au cours du deuxième quart-temps, les Palois comptaient 13 longueurs de retard à la pause (35-48) et encore 12 après 30 minutes de jeu (57-69). Un dernier quart-temps avec une défense de fer leur a permis de revenir à hauteur (74-74) avant de faire la différence à l'ultime seconde de la prolongation suite à un buzzer beater signé Ronald Moore.